La tribu des long-cous ou les femmes girafes

femmegirafe.jpg090618100041840836.jpg21110902.jpgLes Padaung,  sont aussi connus sous le nom de Kayan, ou encore tribu des long-cous ou encore des femmes girafe. C’est une minorité ethnique tibéto-birmane du Myanmar qui s’est installée en Thailande depuis 1990, suite au conflit avec le régime militaire birman. Ils y vivent avec un statut légal incertain, dans des villages qui en font des attractions touristiques à cause de leurs modifications corporelles particulières. Les femmes portent en effet des colliers-spirale en laiton. C’est autour de l’âge de cinq ans que les fillettes reçoivent leur premier collier-spirale et celui-ci est remplacé par une spirale plus longue au fur et à mesure de leur croissance . La croyance populaire a propagé plusieurs légendes comme celle que ce serait des anneaux que l’on ajouterait au fil des années, et dont les femmes ne pourraient plus se passer sous peine de mourir la nuque brisée. Les hommes les contrôleraient par ce biais là. Il n’en est rien, c’est toute la spirale que l’on change d’un coup, procédure qui peut se faire lors de consultation médicale. Le cou ne se brise pas à cette occasion même s’il est vrai que les muscles sont affaiblis. Une autre idée fausse est de penser que ces spirales affectaient les vertèbres du cou, alors qu’elles pèsent sur les côtes et ce sont les côtes qui évoluent en penchant vers le bas. Ainsi, plus les côtes penchent, plus le collier tombe sur les épaules, ce qui le rend trop large et pas assez grand pour envelopper encore tout le cou. C’est à ce moment qu’il est remplacé par une spirale plus longue, afin de continuer le processus.

On ne connait pas exactement les raisons du port de ces colliers-spirales. Des hypothèses ont été lancées par quelques anthropologues: ce pourrait être pour se protéger contre les morsures de tigres, pour rendre les femmes moins attrayantes aux yeux des autres tribus afin qu’elles ne se marient pas en dehors de la leur ou qu’elles ne soient pas prises en esclavage; pour leur donner une ressemblance avec un dragon (qui est une figure importante du folklore kayan) mais la plupart de ces hypothèses ne sont pas vérifiées et on ne sait toujours pas la véritable origine de cette tradition. Actuellement, c’est non seulement pour perpétuer cette tradition que ces colliers-spirales sont toujours portés, mais c’est aussi parce qu’ils représentent une part forte de l’identité culturelle de cette ethnie (dans laquelle s’ancre une certaine idée de la beauté) ce qui est renforcé par l’attrait dont font preuve les touristes.

Le gouvernement de Birmanie décourage la perpétuation de cette tradition car il veut essayer de donner une image plus occidentale de ce pays, et il est suivi par un certain nombre des femmes padaung. Cependant, étant donné que cette pratique engendre du tourisme et amène ainsi de l’argent directement à la tribu, elle ne perd pas complètement sa vitalité. Le plus grand village Kayan de Nai Soi reçoit à peu près 1 200 touristes par année et prend une taxe d’entrée de 250 Baht (environ 5,6 Euros) par personne

1 commentaire à “La tribu des long-cous ou les femmes girafes”


  1. 0 RemyF 21 juil 2011 à 20:44

    Salut, je viens de reprendre votre article sur mon blog! Merci.

Laisser un commentaire


Auteur: galikaia

galikaia

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Sondage

votre première modification corporelle

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

gymrythmique |
filemone |
artmoco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des pages de Gabriel Zimmer...
| Nouvelle Star Kabyle RAMI
| Les Arts Maïade