• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Archives pour juillet 2011

tattoo des moines bouddhistes Thailande

buddhistmonkpraytattoo12070600x450.jpg

Here, a young monk is tattooed with a sharp rod near a Buddhist temple in Thailand. Tattoos are believed to bestow the monks with ancient Khmer prayers and the spiritually protective power of animal images.

04032010f08006.jpg

keow5.jpgkeow10.jpgkeow2.jpgkeow14.jpg

dernier tattoo du jour depuis la France

27072110150230550656918835427691773669602511405n.jpgNathans’ Cover Story – Tattoo Temple

Visite au Zimbabwé

shonawitchdoctorzimbabwe.jpgCes trois prochaines semaines, les publications journalières seront un peu plus rares, car l’auteur se déplace au Zimbabwé pour une enquête anthropologique, au pays des Shona… Mais de prochaines photos viendront donc illustrer ce blog, en direct du terrain!

Tattoo du jour…

26216410150368899254046353743024045103225657691666n.jpgEncore un très beau tattoo de Karl Marc

 

Salvatore Lamanna « Colour as Experience »

336081390025161464441389273694872922047413912223n.jpg33838139000656146630138927369487292204660648744n.jpg4091313900091947993713892736948729220467511927n.jpg442181390011828132441389273694872922046854140871n.jpg62311139001792813183138927369487292204711299536n.jpg624781390013428132281389273694872922046896593506n.jpg624781390013461465611389273694872922046904505144n.jpg62478139001356146560138927369487292204693855201n.jpg624781390013628132261389273694872922046952866876n.jpg629491390003761466581389273694872922046487590805n.jpg335491390035328130091389273694872922047977714554n.jpg335491390035361463421389273694872922047985446243n.jpg621651390037194796571389273694872922048023682512n.jpg621651390037294796561389273694872922048052032416n.jpg

Très jolie page facebook sur le body painting, le camouflage et autres arts corporels. Présence de nombreux artistes tels que Liu Bolin et ses photos de camouflage, ou encore Eric Lafforgue sur son travail de peintures ethniques.

http://www.facebook.com/pages/Salvatore-Lamanna-Colour-as-Experience/138927369487292?sk=wall#!/media/set/?set=a.138999229480106.22230.138927369487292

http://www.facebook.com/pages/Salvatore-Lamanna-Colour-as-Experience/138927369487292?sk=wall#!/pages/Salvatore-Lamanna-Colour-as-Experience/138927369487292

 

 

 

Le tatouage le plus cher du monde

minkivanderwesthuizentattoo.jpg 

Tattoo de luxe: Tatouage en diamant

La top modèle sud africaine Minki van der Westhuizen à passé plus de 8 heures laborieuses pour avoir ces 612 diamants Shimansky de 0.5 carats incrustés sur sa peau à l’aide d’un adhésif à base d’eau.

Ce tatouage le plus cher du monde est évalué à 7,2 millions de rands sud-africains, soit environ 924.000 dollars US. Le joaillier de luxe a envisagé de faire des tatouages similaires disponibles dans ses 8 boutiques en Afrique du Sud.

tattoo du jour!

photovrac176.jpg 

Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière…

tattoo du jour!

4477246.jpgUn petit Ganesh…

Peau de Philippe Di Folco et Philippe Vaurès-Santamaria

317000g546.jpg317000g547.jpg317000g548.jpg317000g544.jpg2752800290.jpg

Publication 14/10/2004


Résumé du livre

Peau tatouée, peau piercée, ce livre dit et donne à voir les codes de reconnaissance entre tribus d’hier et d’aujourd’ hui. Servi par plus de 150 splendides photos, un texte très documenté nous entraîne des Maoris aux jeunes des cités, en passant par les bagnards de Cayenne façon Papillon, les motards moustachus en Harley, les marins (A maman pour la vie), sans oublier Madame le Préfet qui porte un tatouage discret sur l’épaule gauche – si visible sous son dos-nu, si hype en soirée. Et parce que le sujet est au top de l’actualité, cet ouvrage explique aussi comment faire, se faire faire et se défaire de tatouages et autres piercings en toute sécurité.

317000g5491.jpg

Les extraits

Morceau choisi
En 1970, on trouvait pour « tatouage », dans un dictionnaire courant de psychologie (Larousse 1970), cette définition : ‘Peuplades fétichistes s’y adonnant : Afrique, Polynésie. On l’observe aussi dans certains corps : marine, armée, milieu (prison). Les individus qui s’y soumettent ont, généralement, une personnalité malléable, faible, plus ou moins déséquilibrée. Le tatouage qui a presque toujours un caractère magique satisfait souvent une tendance narcissique naïve (affirmation virile), mais peut aussi correspondre à un besoin d’affiliation (appartenance à une caste, à une société secrète) ou avoir la signification d’une bravade désespérée. Il est toujours un indice d’immaturité affective.’ Les temps changent ! Mais les préjugés demeurent. Ce phénomène n’est pas correctement perçu.

 

- page : 49éditeur : Fitwaydate d’édition : 2005 -

Serpents et piercings d’Hitomi Kanehara

9782264044860.jpg

« Je désirais mener une vie imprudente, laisser derrière moi un beau cadavre dans ce monde terne et sombre »


Résumé du livre

A dix-neuf ans, la jeune LUI, blonde platine, fresques fluorescentes et joues de bébé, traîne son mal de vivre et son envie de transgresser tous les tabous dans les ruelles interlopes de Tokyo. Lorsqu’elle en a besoin, elle travaille, habillée de la manière la plus sage et traditionnelle ; le reste du temps, elle est attirée par un monde obscur où l’entraîne AMA, jeune punk qui la fascine avec sa langue fourchue et ses multiples tatouages et piercings. LUI veut elle aussi devenir une adepte de la transformation corporelle. Elle passe de longues heures entre les mains de Shiba, artiste tatoueur très porté sur le sado-masochisme, qu’elle paie en nature. Entre rites d’initiation, trous percés dans tout le corps, clous et rasoirs, étreintes et interdits, le jeune fille va aller au bout d’elle-même – s’ouvrir au monde en s’ouvrant la peau… – tandis qu’AMA sombre corps et âme dans la violence, puis disparaît mystérieusement…

Comme un besoin d’exister en tant que personne
A travers l’épopée intime de cette jeune héroïne, on comprend mieux d’où vient le besoin qu’ont certains jeunes de marquer leur chair comme un moyen de se rebeller, d’explorer les limites, mais aussi d’affirmer une identité et de se reconnaître – d’exister, tout simplement dans une société étouffante.

Succès incontestable
Ce premier roman vaut à Hitomi Kanehara le prestigieux prix Akutagawa au Japon – et une réputation sulfureuse. Déjà culte, Serpents et piercings a été traduit en Asie, en Europe de l’Est et en Amérique du Sud

La critique par Claire Simon

Tout commence par une langue fourchue. Paroxysme de la mutilation esthétique, c’est à la fois le thème et le symbole du premier roman de Hitomi Kanehara. Le thème parce qu’il est ici question du corps, des souffrances et des transformations qu’une certaine jeunesse japonaise aime lui faire subir. Le symbole, car la langue que Lui mutile est à l’image de sa vie : torturée et absurde. Jeune Japonaise blonde platine, Lui vit au jour le jour, sans attache, et erre sans but d’une relation à l’autre. Quand elle rencontre Ama, elle est fascinée par sa langue fourchue et décide d’avoir la même. Il lui présente Shiba-San, tatoueur et perceur sadomasochiste qu’elle paye en nature. Entourée de ces deux hommes ultra-violents, sorte d’anges de la mort, Lui se détruit petit à petit et se demande (presque avec impatience) lequel des deux finira par la tuer.
Avec un style dépouillé et cru, Hitomi Kanehara excelle dans la peinture de personnages cyniques, superficiels et désespérés. Et dans un univers où souffrance et plaisir ne font plus qu’un, elle nous donne à voir une jeunesse qui brouille les repères, et cherche un sens à la vie en repoussant les limites toujours plus loin. Mieux, elle ne prend pas parti, n’explique pas, comme pour mieux asseoir sa vision. Bien qu’au fond ‘Serpents et piercing’ parle d’amour (de soi et de l’autre), Hitomi Kanehara le traite avec froideur, crudité et finalement, pudeur. Un livre violent, pour tout ceux qui aiment se faire bousculer.

  Les extraits 

La première phrase
‘Tu sais ce que c’est, une langue fourchue ? – Une langue fendue en deux ? – Oui, comme la langue d’un serpent ou d’un lézard.

La phrase à retenir
Dés l’instant où mes yeux se sont posés sur la langue d’Ama, j’ai senti un frisson en moi comme si toutes mes valeurs morales commençaient de s’écrouler.

La phrase à retenir
Je désirais seulement faire partie d’un monde souterrain où le soleil ne brillerait jamais, où l’on n’entendrait jamais de sérénade et jamais au and jamais le moindre rire d’enfant.

Morceau choisi
Prête?
demanda doucement Shiba-San.J’ai levé les yeux et fait un petit signe de tête. « Allez, on y va », dit-il en posant le doigt sur la détente. Ses paroles l’ont poussée à imaginer Shiba-San en train de baiser. Je me suis demandé s’il avertissait les filles de son orgasme avec cette même voix douce. La seconde suivantej’ai entendu un bruit métallique et des frissons beaucoup plus violents que ceux de l’orgasme m’ont secoué tout le corps.J’ai soudain eu la chair de poule sur les bras, un spasme a parcouru mes membres. Mon ventre s’est crispé et, je ne sais pas pourquoi, ma chatte aussi, oùj’ai ressenti une démangeaison proche de l’extase. Le pistolet à piercing s’est ouvert en claquant, lâchant le clou. De nouveau libre,j’ai grimacé et rentré la langue.

Morceau choisi
Dehors le soleil se couchait et l’air était si frais quej’en ai eu le souffle coupé.J’ai mis un certain temps à retrouver ma contenance, puisj’ai marché vers l’appart d’Ama. Beaucoup trop de familles se baladaient dans les rues commerçantes. En fait, le brouhaha de toutes ces voix m’a donné envie de vomir. Un petit enfant s’est jeté dans mes jambes et sa mère a fait semblant de ne rien voir.J’ai gardé les yeux fixés sur ce gosse jusqu’à ce qu’il lève la tête et me dévisage. Quand nos regards se sont croisés, je jure qu’il était sur le point de chialer, alors je lui ai juste adressé un léger reproche avant de reprendre ma route. Franchement, je n’avais aucune envie de vivre dans ce genre d’univers. Je désirais mener une vie imprudente, laisser derrière moi un beau cadavre dans ce monde terne et sombre.

Morceau choisi
Le voir ainsi me donnait envie de réagir à son émotion, mais dés qu’une minuscule graine d’espoir s’enracinait en moi et se mettait à grandir, elle était toujours écrasée sous un tombereau de mépris de soi. Autrement dit, il n’y avait aucune lumière dans ma vie. Ma vie et mon avenir étaient d’un noir absolu, je ne voyais strictement rien au bout du tunnel. Avant cette époque je ne m’attendais certes pas à des choses mirobolantes, mais désormais je m’imaginais parfaitement m’écrouler raide morte dans le caniveau et je n’avais même pas l’énergie de réagir. Au moins, avant que je rencontre Ama, je m’étais toujours préparée à vendre mon corps le cas échéant. Mais maintenant je touchais vraiment le fond, je ne parvenais pas à faire autre chose que manger et dormir.

Morceau choisi
Comment pourrais-je ne serait-ce que deviner la vérité ?J’étais une fille qui ne voyait aucun avenir pour elle-même ; une fille qui n’aimait personne. Je menais une existence à peine plus palpitante qu’une parodie de l’ébriété. Mais dés quej’y réfléchissais, je m’apercevais que les choses n’étaient pas aussi tranchées. Au fil des semaines, au fil des mois, je découvrais que je commençais à ressentir quelques chose pour Ama.

12

Auteur: galikaia

galikaia

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Sondage

votre première modification corporelle

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

gymrythmique |
filemone |
artmoco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des pages de Gabriel Zimmer...
| Nouvelle Star Kabyle RAMI
| Les Arts Maïade